EN | liens | cont@ct | ©
Laurent Contamin
auteur, metteur en scène, comédien
Trois petites formes théâtrales
Invitez le théâtre chez vous !
En pure Perte  et Juby  en tournée "à la carte" (theâtres, bibliothèques, lycées, bars, à domicile...). Ils seront rejoints, à partir du printemps 2018, par En attendant Dersou.
Prochaines représentations : Oise, Drôme, Haut-Rhin, Val-de-Marne, Essonne, Calvados. Et chez vous ? Prenez date ! (onglet cont@ct, en haut à droite)
> Lire la suite
Un clic, un texte
Corps et Biens

Tableau 1, séquence 4

Ils regardent le soleil se coucher sur la mer, tout en confectionnant des bijoux avec leurs trouvailles de tout à l’heure sur l’estran.

ROCHE : On fera quoi, dans le pays où le soleil se couche, Jonas ? Qu’est-ce qui te dit que ce sera plus facile, sur l’autre rive ?

JONAS : Moby me l’a dit.

ROCHE : Qu’est-ce qu’il en sait, ton frère ?

JONAS : Il sait tout – il sait mieux. Les gens de là-bas, quand ils se lèvent, ne s’inquiètent pas de ce qu’ils vont faire, ni de ce qu’ils vont manger, mais des poèmes qu’ils vont écrire.

ROCHE : Peut-être des jeunes comme nous sont assis dans les dunes, comme nous – sur l’autre rive, comme nous – regardant les vagues, comme nous – rêvant d’ailleurs, comme nous ?

JONAS : Peut-être.

ROCHE : Peut-être qu’ils sont deux, qu’ils s’appellent Roche et Jonas ? Quand est-ce que tu m’emmèneras le voir, Moby, à l’hôtel-thalasso ?

JONAS : La mer redescend. Regarde les vagues à marée descendante : ça avance et ça recule – ça veut et ça hésite – sont pas sûres d’avoir envie de conquérir la plage – une force les tire vers l’arrière – les vagues de marée montante, ELLES c’est des vraies conquérantes – savent ce qu’elles veulent ; elles jettent toutes leurs forces dans la bataille – nous on est des vagues de marée montante, Roche.

ROCHE : Pourquoi ?

JONAS : A cause de la rage au ventre, une autre pulsation que ceux d’ici qui renoncent : le cœur qui bat plus vite, l’enragement sous nos peaux, vitesse-turbo à l’intérieur de nous. Parce qu’on n’a plus d’avenir, de ce côté-ci de l’océan, Roche – tu le sais – sinon est-ce que tu te serais enfuie ? (Observe le collier qu’il vient de terminer :) Troisième collier. (Il le passe au cou de Roche).

ROCHE : J’aimerais bien le voir, moi, ton frère Moby.

JONAS : Tu as une jolie nuque, ce soir, Roche.

ROCHE : Arrête.

JONAS : Qu’est-ce qui reste ?

ROCHE (vidant son pochon :) De quoi faire un bracelet.

.../...


> à propos du texte

1314415 pages vues.