EN | liens | cont@ct | ©
Laurent Contamin
auteur, metteur en scène, comédien
Trois petites formes théâtrales
En pure Perte, Juby, Le jeune Homme Paul  et En attendant Dersou  toujours en tournée "à la carte" (musées, théâtres, bibliothèques, lycées, bars, à domicile...)
Prenez date ! (onglet cont@ct, en haut à droite). + d'infos sur la page FB Une trilogie européenne. Prochaines dates : Bourron-Marlotte (77), Château-Thierry (02), Poët-Laval (26)
> Lire la suite
En résidence
Résidence janvier-juillet à Bourron-Marlotte, avec le Service Livre du Conseil Régional d'Ile-de-France.
Au programme :
- 20 mars, table ouverte à la bibliothèque municipale & lecture publique à la libraire-galerie L'Empreinte, à destination du jeune public
- 12 avril, table ouverte au café de la paix & atelier d'écriture à la librairie-galerie L'Empreinte
- 13 avril, rencontre à l'Astrolabe de Melun
- 14 mai, En attendant Dersou  à l'Atelier Delort
- 18 mai, nuit des musées à la mairie-musée
- 24 mai, "Des mots dans les branches"
- 6 juin, rencontre avec des collégiens d'Avon
- 13 juin : balade poétique avec les CM
- 22 juin : performance en forêt avec l'artiste Constance Fulda
- 2 juillet : rencontre avec les résidents des Chênes rouges et salon d'écoute d'une pièce sonore à l'Atelier Delort
... à suivre... > résidence
> Lire la suite
Hérodiade

 

5 - Extérieur aube

KONRAD : Entrée de Denis. Il se penche pour acheter des tickets de tramway par la lucarne du kiosque ; alléluia. Voilà qu’ils nous envoient des prêtres
Américains. Les Américains viennent travailler chez nous dans la religion.

DENIS : S’il vous plaît un ticket, tarif normal.

KONRAD : Je pense : c’est un coup du pape, ou non, je n’en sais rien.

AGATHA : Est-ce que le jeune homme fraîchement rasé, là, l’homme uniformisé, toi dont les ancêtres se sont lancés à l’assaut du Mur de l’Atlantique après de longues années d’hésitation, est-ce que vous connaissez le mur de l’équateur ? De quel arrière-mur venez-vous ? Ici nous on passe, nous, notre enfance dans des arrière-cours, les murs des arrière-cours c’est les seuls murs qui nous soient familiers.

DENIS : Oui ?

AGATHA : On se suspend à des portiques, on se balance sur des pneus attachés à des cordes, et on se dit que le bonheur, toute notre enfance, c’est de se balancer dans des arrière-cours sur ces agrès de fortune, avec les voisins et les amis et les amis des voisins et les voisins des amis, des touffes de cheveux multicolores comme des fleurs sauvages dans un champ d’orge ô
Pubiens d’Utopia c’est nos parcs unesco à nous.

DENIS : Denis. Je viens de Utah. Comment va votre joie ?

AGATHA : Agatha. Sissoko. La joie ça va toujours. Le tout c’est qu’elle circule.

DENIS : C’est un plaisir très réel. Voici mon accréditation.

KONRAD : D’habitude ils sont par deux.

DENIS : Je suis navré de ne pouvoir vous évangéliser maintenant mon frère n’étant pas là il m’est
Déconseillé.

AGATHA : Sissoko aussi a un frère.

KONRAD : Tais-toi.


in Hérodiade, © Editions Ragage


> au sujet de la pièce

1717640 pages vues.