EN | liens | cont@ct | ©
Laurent Contamin
auteur, metteur en scène, comédien
Trois petites formes théâtrales
Invitez le théâtre chez vous !
En pure Perte  et Juby  en tournée "à la carte" (theâtres, bibliothèques, lycées, bars, à domicile...). Ils seront rejoints, à partir du printemps 2018, par En attendant Dersou.
Prochaines représentations : Oise, Drôme, Haut-Rhin, Val-de-Marne, Essonne, Calvados. Et chez vous ? Prenez date ! (onglet cont@ct, en haut à droite)
> Lire la suite
Un clic, un texte
Carnets extimes

Ces carnets sont, dans l’esprit du Journal extime de Michel Tournier, une tentative d’écriture de l’être, non pas dans une démarche introspective et close, mais au contraire en ouverture, conscient que je suis que l’on n’est et n’existe que dans la rencontre, la confrontation, la découverte, c’est-à-dire en faisant l’expérience de l’altérité : « Je est un autre », écrivait déjà Rimbaud. C’est donc non pas entre les quatre murs de la maison de l’être, mais sur son seuil, porte grande ouverte à deux battants, voire même en déplacement – en chemin, comme le suggère l’une de ses parties – que se situe l’écriture de ce recueil.

On se construit par ce qu’on perçoit du monde et de l’autre, on crée autant qu’on est créé : c’est ce que j’ai pu expérimenter avec les créations de Pierre-Eric Sütter (dont les compositions sonores ont présidé à l’écriture d’Escales) et de Sophie Barki (dont l’œuvre plastique a, quant à elle, inspiré Trêves).

Le temps et l’espace, en même temps qu’ils sont autant de contraintes dont on voudrait s’affranchir, sont eux aussi ces pôles d’altérité où advenir ; où se créer, se dire, s’écrire : Douze moi(s) rend compte de la traversée d’une année, tandis que les quatorze quatrains d’En chemin furent écrits en voyage.

Rencontres, donc, humaines ou artistiques ; prise en compte du temps et de l’espace : ainsi peut se cartographier ici, en quatre parties – quatre saisons, quatre points cardinaux – un « je » au risque de l’Autre, à la charnière du voir et du vivre, dans le passage entre soi et le monde.

Dans la lignée de Brèches mais cette fois avec la concision que suscite le poème, ces Carnets extimes voudraient explorer cette zone de contamination du langage entre dehors et dedans, passé et futur, étranger et familier, altérité et identité : au seuil du mystère d’être.

Laurent Contamin

Epuisé chez l'éditeur depuis août 2016. Me contacter pour acquérir un exemplaire (bouton en haut à droite)

Carnet extimes, de Laurent Contamin
Editions Eclats d'Encre, 2010
ISBN 978-2-914258-62-3
60 pp ; 12 €


> lire un extrait

> lire une interview par Julien Soulier

> lire une critique de l'ouvrage

> in english

 
1316374 pages vues.