EN | liens | cont@ct | ©
Laurent Contamin
auteur, metteur en scène, comédien
Trois petites formes théâtrales
Invitez le théâtre chez vous !
En pure Perte  et Juby  en tournée "à la carte" (theâtres, bibliothèques, lycées, bars, à domicile...). Ils seront rejoints, à partir du printemps 2018, par En attendant Dersou.
Prochaines représentations : Oise, Drôme, Haut-Rhin, Val-de-Marne, Essonne, Calvados. Et chez vous ? Prenez date ! (onglet cont@ct, en haut à droite)
> Lire la suite
Un clic, un texte
Partage des Eaux

De septembre 2010 à juin 2011, j’ai été, grâce au Service Livre du Conseil Régional d’Ile-de-France, en résidence à Beaumont-sur-Oise, une petite ville fluviale à quelques encablures au nord de Paris.
L’essentiel du temps, mes quartiers s’établissaient au collège Jacques Monod, la structure qui m’accueillait, partenaire engagé et efficace. Je partageais mon temps entre des périodes d’écriture, des moments de documentation et de lecture personnelles (toujours remplir ses nappes phréatiques…), et des rencontres, des ateliers, des débats avec les collégiens – tous ces moments ayant pour point commun la grande figure tutélaire sous l’égide de laquelle ils s’inscrivaient : l’Eau. Oui, ce dont il s’agissait, c’était bien de se laisser immerger, dix mois durant, dans cette eau tour à tour limpide, trouble, jaillissante, dormante, régénératrice, dévastatrice, modelante, miroir à réfléchir, fontaine de jouvence...
Pour ne pas me perdre totalement (encore que la dissolution, la perdition et le naufrage sont loin d’être en dehors du thème), il me fallait un guide. Ce fut Bachelard. Je gardai à la main son viatique : L’Eau et les Rêves.
Ce fut à partir des différents chapitres de ce livre en effet, à partir des différents visages de l’eau tels qu’abordés par Bachelard, que j’interviewai les élèves, que j’orientai mes propositions d’ateliers, de lectures, que je suscitai des écrits, en relation avec l’équipe des enseignants, que je laissai divaguer mon imagination, recueillant des grappes d’images, observant, écoutant, m’étonnant, relevant, creusant, prolongeant, gardant trace : une dérive contrôlée.
Je rencontrai aussi, sur le territoire municipal, les « acteurs de l’eau », que j’interrogeai sur la manière dont ils appréhendaient l’eau dans leur activité professionnelle : le responsable de l’eau au sein de la Mairie, un ingénieur de la station d’épuration, des sapeurs-pompiers, des fleuristes, un maître-nageur, une monitrice d’aquagym, un pêcheur, un prêtre, un jardinier, le plongeur d’une pizzeria… Autant de discussions qui ont irrigué et nourri la matière de ce qui s’écrivait en moi.
Plusieurs manifestations et événements ont émaillé cette année passée aux confins du Val d’Oise et de la Picardie : Voix d’Eau, un poème dramatique écrit avec les élèves, et qu’ils ont lu à l’Abbaye de Royaumont ; A Vau-l’Eau, un essai radiophonique réalisé pour l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture ; ce texte, enfin, Partage des Eaux, partie la plus « ramassée », la plus condensée (la plus personnelle aussi, sans doute), de cette année en immersion.
Comme une eau en décrue et qui donnerait à voir, sur l’estran, sa partition de signes à déchiffrer (branches, pierres, cailloux, algues…), Partage des Eaux se voudrait la mémoire tracée de cette année d’investigation et de rêverie à la fois, construite en un simple mouvement de flux et de reflux.

Epuisé chez l'éditeur depuis août 2016. Me contacter pour acquérir un exemplaire (bouton en haut à droite)

Partage des Eaux
Eclats d'Encre
ISBN : 978-2-914258-73-9
72pp., 12€


> commander l'ouvrage

> lire un article de presse

> lire le blog de la résidence

> performance poésie et musique

1315476 pages vues.